app logoapp name
app logoapp name

Mariage chez les Musulmans

article related illustration

Mariage chez les Musulmans

Fonder une famille

Comment réussir à fonder une famille, qui vit dans l’union et l’harmonie et qui parvient à atteindre ses objectifs ? Comment préserver notre vie, celle de notre famille et de notre descendance de l’échec ? Quelles sont les recommandations religieuses et spirituelles à appliquer pour connaître l’aboutissement de son projet à savoir fonder une famille ? Toutes celles et ceux, qui sont en quête d’une vie paisible et agréable, entourés d’une famille adorable et protégée de toutes tentations, sont confrontés un jour à toutes ces interrogations.

Cet article n’est pas une copie du précédent paru dans la rubrique « le rappel du vendredi », mais il est complémentaire, dans la mesure où il traite des différents conseils et recommandations apportés par l’islam en vue de mener à bien son projet familial. Un projet qui débute dès la recherche de l’âme sœur, se concrétise par le mariage et se poursuit à l’arrivée des enfants.

Pourquoi fonder une famille ?

Parmi toutes les bonnes raisons qui peuvent inciter le musulman à fonder une famille, on peut citer : la volonté de remplir le rôle de garant de la pérennité de l’espèce humaine sur terre. Le fait d’accroitre la population contribue également à l’essor de l’économie mondiale. On le sait le développement de la société repose en partie sur son taux de natalité. D’autre part, l’éducation des enfants et l’équilibre familial sont des facteurs décisifs dans la dégradation ou non des mœurs sociétales. Le croyant doit prendre conscience que la moralité collective d’un peuple dépend d’abord de l’épanouissement individuel des êtres au sein de leur foyer. Chacun, à son niveau, possède donc un devoir moral vis-à-vis de sa communauté. Il doit s’acquitter de ce devoir avec la plus grande noblesse. Le Prophète a dit : « Chacun de vous est responsable et sera interrogé sur sa responsabilité ». Bukhari « Allah a fait pour vous à partir de vous-mêmes des épouses et de vos épouses, Il vous a donné des enfants et des petits enfants et vous a attribués de bonnes choses. Est-ce donc en le faux qu’ils croient et nient-ils le bienfait d’Allah ». s.16 v.72

Voici étape après étape, les recommandations à respecter pour la réussite de l’entreprise que représente la famille.

  1. Embellir et clarifier ses intentions

    Dans un premier temps, il convient de faire le point sur les motivations qui animent notre désir de fonder une famille, car le Prophète avait pour habitude de dire : « Les actes ne valent que par les intentions et chacun n’aura que les fruits de ses intentions ». Muslim. Ainsi donc, il faut s’assurer d’abord de la sincérité de nos démarches quant à la recherche de l’âme sœur.

  2. Rechercher le soutien en Allah

    Le Prophète a dit : « Invoquer Dieu c’est l’arme du croyant ». Al Hakim En effet, celui-ci débute tout acte en demandant à son Seigneur son soutien et son aide. Trouver l’âme sœur, la belle famille idéale ou même avoir des enfants modèles relèvent parfois du parcours du combattant. La famille ne répond pas toujours à nos attentes. Il arrive même qu’elle soit en opposition totale avec nos convictions. Comme ce fut le cas pour le Prophète Noé qui, malgré son statut et son haut rang, n’a nullement eu l’épouse et l’enfant qui Lui correspondait. A contrario, le pharaon d’Egypte Ramsès 2, avait une épouse dont rêve tous hommes pieux. A ce propos, Allah dit : « Allah cite comme parabole pour ceux qui ont mécru la femme de Noé et celle de Lout. Elles étaient sous l’autorité de deux vertueux de nos serviteurs. Toutes deux les trahirent et ils ne furent d’aucune aide pour elles face à Allah. Et ils leurs fut dit : « Entrez au feu toutes les deux avec ceux qui y entrent ». Et Allah cite comme parabole pour ceux qui ont cru, la femme de pharaon quand elle dit : « O seigneur, construis-moi auprès de toi une maison au paradis, sauve-moi de pharaon et de son œuvre et sauve-moi des gens injustes ». s.66 v.10-11.

    Par conséquent, il ne faut pas attendre d’être dans l’adversité pour s’en remettre au Seigneur mais il faut débuter toutes relations avec l’aide de Dieu car comme Il nous avertit : « Dis mon Seigneur ne se souciera point de vous sans vos invocations ». s.25 v.77

  3. Chercher l’âme sœur

    Il va de soi que ce n’est pas en croisant les bras que l’âme sœur va nous tomber du ciel. Comme on dit : « si la montagne ne vient pas à toi alors marche vers elle ». Le critère de la piété est essentiel car c’est le seul moyen de limiter les problèmes après le mariage. Comme dit le Prophète : « S’il vous vient une personne dont vous agréez sa moralité et sa religiosité alors mariez-vous sinon il règnera sur terre une grande tentation et une grande turpitude ».Tirmidhi

    Ouvrons une parenthèse concernant les sites spécialisés dans les rencontres. Il est important de les aborder avec prudence tant qu’il n’y paraît pas un gage de droiture et de moralité islamique.

    Le choix de l’âme sœur doit prendre également en compte la famille et les fréquentations de la personne convoitée. Lorsqu’on épouse une personne on épouse aussi sa famille. Malheureusement, il n’est pas rare de constater que l’omniprésence de cette dernière, au sein du couple, engendre des conséquences néfastes.

  4. Etre clair dans ses conditions

    Il faut savoir dès le début poser clairement ses conditions et s’entendre dessus. Surtout ne pas attendre après le mariage pour revendiquer le respect d’une quelconque condition qui n’a jamais existé. Le Prophète a dit : « Les croyants s’en tiennent aux conditions qu’ils se sont fixés ».Bukhari

  5. Ne pas débuter le mariage par le haram

    Lorsque les bases du mariage ont été souillées par le péché, il ne faut pas s’étonner de la suite chaotique des événements. « La bonne terre fait pousser sa végétation avec la grâce de son Seigneur, quant à la mauvaise terre sa végétation ne sort qu’insuffisamment et difficilement. C’est ainsi que nous divulguons des enseignements pour les gens reconnaissants ». s.7 v.58. Il faut donc, par exemple, prêter attention à l’organisation de la cérémonie, trop souvent synonyme de gaspillage. Par ailleurs, les futurs époux doivent respecter les exigences de leur foi durant toute la période prénuptial.

  6. Le choix de l’imam et des témoins

    Il est important de choisir pour la cérémonie du mariage un imam digne de ce nom : compétent, sage et avisé. Idem pour les témoins, qui doivent être en mesure d’intervenir en cas de conflits en tant que médiateurs. Ce choix est non-négligeable car il évitera l’étalage de nos soucis et offre l’opportunité de se confier en toute quiétude.

    Il faut s’écarter aussi des conseils malveillants d’amis qui pourraient porter préjudice à l’entente dans le couple.

  7. Une dot pas trop élevée !

    Le Prophète a dit dans un hadith : « Celles qui se sont mariées avec une dot moins élevée auront plus de bénédictions dans leur mariage ». Al Hakim Ce hadith démontre que la dot ne signifie pas surenchérir.

  8. Les rituels de la première nuit

    Il ne faut surtout pas oublier de formuler les invocations lors des premiers rapports sexuels et ceci avant chaque rapport durant toute la vie maritale. Comme l’a souligné le Prophète : « Si l’un d’entre vous répète avant d’approcher son conjoint : O seigneur écarte-nous du diable et écarte le diable de notre descendance, alors s’ils ont un enfant il sera préservé du diable ». Muslim

  9. Ne pas avoir la mémoire courte

    Très souvent, les couples ont tendance lors des difficultés à oublier les bons moments passés ainsi que les bons comportements témoignés l’uns vis-à-vis de l’autre. Le coran nous enseigne à garder en mémoire les bons instants partagés ensemble afin de minimiser l’impact de la colère lors des désaccords. Allah dit : « Et n’oubliez pas le bien qu’il y a eu entre vous ». s.2 v.237

  10. A chacun ses droits et devoirs

    Dans un couple, chacun doit absolument prendre conscience des limites de ses droits et du sens de ses devoirs. Il faut apprendre à ne pas transgresser les limites. La défaillance de l’un dans ses devoirs ne doit pas le priver, pour autant en retour, de ses droits. Le Prophète a dit : « Accomplissez vos devoirs et remettez-vous en à votre Seigneur par rapport à vos droits non perçus». Muslim

  11. Adopter les bonnes habitudes

    Le changement d’attitude et de comportement, en décalage avec celui affiché avant le mariage, cause fréquemment des conflits. Afin d’éviter toutes mauvaises surprises, il faut s’en tenir à une règle d’or : « Ne jamais débuter ce qui ne pourra pas durer ». Ainsi, on s’accommodera dès le départ de la réalité en s’abstenant d’entretenir l’illusion d’un monde utopique.

  12. Les prénoms des enfants

    A l’arrivée d’un enfant, il est primordial de choisir un prénom porteur d’un sens moral et spirituel dont il pourra être fier. Lorsque le Prophète est né, sa mère l’a appelé Muhammad afin, dit-elle : « que les habitants de la Terre entière le louent ». Et Omar avait pour habitude de dire qu’il figure parmi les droits des enfants par rapport à leurs parents le fait d’avoir un prénom digne des vertus humaines.

  13. Le baptême

    Baptiser son enfant est une manière d’implorer Allah pour l’avenir du nouveau né pour lequel on sacrifie une bête en signe de sa survie. C’est aussi un témoignage de reconnaissance. Allah dit : « C’est Lui qui vous a crée d’un seul être et Il a tiré de lui son épouse. Et lorsque celui-ci eu cohabité avec elle, elle conçut une légère grossesse. Puis lorsqu’elle se trouva alourdie, tous deux invoquèrent Allah, leur Seigneur : « Si Tu nous donnes un enfant sain, nous serons certes du nombre des reconnaissants. Puis lorsqu’Il leur eut donné un enfant sain, tous deux assignèrent à Allah des associés en ce qu’Il leur avait donné. Mais Allah est bien au-dessus des associés qu’on Lui assigne ». s.7 v.189-190.

  14. L’éducation des enfants

    Le meilleur cadeau et le plus grand devoir vis-à-vis de sa progéniture est de lui offrir une éducation digne de celle du croyant, de lui inculquer les valeurs morales et humaines. En bref, lui donner les armes pour survire dans ce monde semé d’embûches et de tentations. La bonne éducation des enfants c’est aussi l’assurance de la tranquillité des parents à l’avenir. A défaut, ils en seront les premières victimes.

  15. Respecter leurs choix

    Puis vient le jour où à leurs tours, nos enfants, devront prendre leurs propres décisions et en assumer les conséquences. Ce passage est délicat car nous devons parvenir à les conseiller tout en respectant obligatoirement leur liberté d’opinion. Le non respect de ces choix ou l’indifférence affichée peuvent, malheureusement, occasionner des cassures et un éloignement parfois irréversible.

Chers lectrices et lecteurs, nous espérons que ces conseils pourront vous être profitable et vous accompagner tout au long de votre projet, à savoir fonder une famille.

« O vous les hommes, craignez votre seigneur, celui qui vous a crée d’un seul être et a crée de celui-ci son épouse et qui de ces deux là a répandu sur la Terre beaucoup d’hommes et de femmes. Craignez Allah au nom duquel vous implorez les uns et les autres, et craignez de rompre les liens de sang. Allah certes, vous observe parfaitement. » s.4 v.1

Sheikh Ahmad Mustapha Mbaye

il y a 4 mois

article related illustration

Mariage chez les Musulmans

Les mérites du mariage Musulman

Le bonheur de l'Homme et la pérennité de son espèce étant des priorités islamiques, nous constatons que de multiples sources coraniques et prophétiques exhortent au mariage. Dans cet article, nous mettrons en exergue, par la grâce d'Allah, certaines de ces sources traitant de ce noble projet auquel beaucoup aspirent. Les sources en question, en plus d'être coraniques et prophétiques, comportent des citations de certains compagnons ainsi que de la première génération des musulmans parmi les tabiis et leurs successeurs. Une fois de plus, nous espérons vous apporter davantage de clarté dans votre approche de l'islam.

Le mariage dans le coran

Le livre divin regorge d’une centaine de versets liés au mariage qui, d'une manière générale, énumèrent les états de la relation conjugale. Cependant, comme cet article vise à souligner l'importance du mariage, nous nous réfèrerons exclusivement à quatre versets.

  1. « Et ceux qui préservent leurs sexes [de tout rapport] si ce n'est qu'avec leurs épouses ou les esclaves qu'ils possèdent, car là vraiment, on ne peut les blâmer; alors que ceux qui cherchent au-delà de ces limites sont des transgresseurs. » (23:5 à 7)

    Ce passage de la sourate « les croyants » renvoie aux raisons essentielles du mariage : se rapprocher d'Allah et de se prémunir de toutes formes de turpitudes. En islam, la seule alternative (mis à part l'abstinence) capable de préserver au mieux des dérives libertines est l'union.

  2. « Allah vous a fait à partir de vous-mêmes des épouses, et de vos épouses Il vous a donné des enfants et des petits-enfants. Et Il vous a attribué de bonnes choses.» (16:72)

    Dans ce deuxième verset est mis en évidence un autre bienfait divin auquel on accède par le mariage: avoir avec celle ou celui qui partage notre vie des enfants puis des petits enfants. Ne s’agit-il pas ici d’un désir naturel qui anime tout humain ?

  3. « Mariez les célibataires d'entre vous et les gens de bien parmi vos esclaves, hommes et femmes. S'ils sont besogneux, Allah les rendra riches par Sa grâce. Car (la grâce d') Allah est Immense et Il est Omniscient.» (24:32)

    Ce troisième verset chères lectrices, chers lecteurs, nous rappelle ce qui doit motiver nos choix. Autrement dit les principes sur lesquels tout un chacun doit se baser pour affiner sa recherche et ainsi minimiser les risques de regrets post-mariage. Au-delà de la piété, ce verset invite les croyants à ne pas se contenter des acquis matériels et financiers du ou de la partenaire. C'est aussi une incitation à placer sa confiance envers celui qui détient toute la grâce et qui l’offre à tous les besogneux.

  4. Et parmi Ses signes Il a créé de vous, pour vous, des épouses pour que vous viviez en tranquillité avec elles et Il a mis entre vous de l'affection et de la bonté. Il y a en cela des preuves pour des gens qui réfléchissent.» (30:21)

    Quoi de plus beau que de vivre en couple en parfaite harmonie ? La tranquillité, l'affection et la miséricorde sont donc les piliers du mariage et les secrets de la réussite de toute union.

Le mariage dans la sunna

Chères lectrices, chers lecteurs à présent je vous laisse méditer sur ces quelques hadiths du prophète:

  1. " Choisissez là où vous transmettez vos gènes et épousez celles et ceux qui sont à la hauteur." (Ibn Majah)

  2. " Ô vous les jeunes, que celui parmi vous qui a les moyens se marie car c'est certes meilleur pour la pudeur des yeux, la chasteté du sexe... celui qui n'en a pas les moyens, à lui le jeûne ça en est une guérison." (Bukhari)

  3. " Il y a certains péchés qui ne sont effacés que par le fait de chercher de quoi nourrir sa famille." (Muslim)

  4. " Trois personnes Allah se donne le devoir de les aider : (...) celui qui s'est marié et qui cherche la pureté." (Tirmidhi)

  5. " Les rapports sexuels entre époux sont une bonne action." (Muslim)

  6. "Tu seras récompensé pour toutes dépenses que tu fais dans le but de gagner la face d'Allah, même pour la nourriture que tu t'amuses à mettre dans la bouche de ton épouse." (Muslim)

  7. " S'il vous vient celui dont vous agréez sa pratique religieuse ainsi que sa moralité alors mariez-le." (Tirmidhi)

Et ils ont dit...

  1. " Suivez les recommandations de votre seigneur sur le mariage et il rendra véridique sa promesse de vous enrichir." (Abu Bakr)

  2. " Seule l'impuissance doit empêcher le mariage." (Omar)

  3. " On ne peut être un vrai ascète qu'en étant marié." (Ibn Abbas)

  4. " S'il ne me restait dans ma vie que dix jours et que j'en avais les moyens, je me marierai par crainte de me présenter devant mon seigneur en étant célibataire." ( Ibn Massud)

  5. " Je ne souhaite pas passer une seule nuit de ma vie dans le célibat." (Ibn Hanbal)

  6. " La réussite du mariage dépend de la piété, la moralité, une dote légère, la fécondité, la chasteté..." (Ghazali)

Chères lectrices, chers lecteurs, nous espérons qu'à l'issue de cet article vous pourrez saisir la place qu'occupe le mariage dans les enseignements et recommandations de l'islam. Nous souhaitons à toutes celles et ceux qui sont à la recherche de « l'âme-sœur » de trouver le bien. Et à toutes celles et ceux qui vivent en couple, nous souhaitons l'harmonie. Pour conclure rappelons la recommandation prophétique : " Lorsque le serviteur se marie, il a accompli la moitié de la religion qu'il craigne Allah alors dans la moitié qui reste." (Al Tabrani)

Sheikh Ahmad Mustapha Mbaye

il y a 5 mois

article related illustration

Mariage chez les Musulmans

Le contrat de mariage Musulman

« Si le serviteur se marie, il a complété la moitié de sa religion qu’il craigne Allah dans l’autre moitié ».

A l’heure où les unions se font et se défont au gré des humeurs, où la tendance est à l’union libre et au pacte civil de solidarité (PACS) prenons le temps de se rappeler l’importance du mariage au sein de l’islam. Aujourd’hui, cette institution que représente le mariage est sans cesse controversée et malmenée. En observant l’évolution des mœurs, on s’aperçoit que les divorces se multiplient et que les familles monoparentales sont en augmentation continu. Pourtant, le mariage est sacré en islam et pour s’en rendre compte il suffit de se pencher sur les textes alors on ne pourra plus nier le caractère fondamental du mariage. Allah dit par exemple: « Et parmi Ses signes Il a créé de vous, pour vous, des épouses pour que vous viviez en tranquillité avec elles et Il a mis entre vous de l'affection et de la bonté. Il y a en cela des preuves pour des gens qui réfléchissent.». S.30 -V.21. Certes lorsqu’un couple constamment en conflit se retrouve dans l’impasse, il arrive que la seule issue soit le divorce. A cet effet et afin d’éviter d’en arriver là, il a été conçu le contrat de mariage. Il permet de mettre en exergue au préalable les ambitions et désirs de chacun qui pourraient s’avérer problématiques à l’avenir pour convenir à l’avance d’un positionnement commun.

Les problèmes conjugaux

Le mariage est loin d’être un conte de fée comme certains veulent nous le faire croire. Personne n’est à l’abri de désaccords ou de disputes houleuses au sein de son couple. Le Prophète (saw) en personne rencontra des difficultés avec ses épouses. Les sourates Al-Ahzab et At-Tahrim en témoignent.

Ceci étant dit, l’islam prévoit la mise en place d’un contrat de mariage établi par les futurs époux afin de discuter des cas qui pourraient éventuellement donner matière à mésententes.

Le contrat de mariage

En scrutant de plus près les conflits les plus récurrents, on s’aperçoit que certains cas auraient pu être évités avant même le mariage. En effet, si les futurs époux prenaient le temps d’informer très précisément leurs prétendants de leurs ambitions, leurs projets, plus généralement de leur vision de la vie en couple, ils pourraient alors définir ensemble un contrat de mariage. Un contrat de mariage dans lequel figureraient les prétentions de chacun approuvées d’un commun accord. Et bien cet engagement existe, il est prévu par l’islam. Il doit être contracté devant une autorité religieuse (juge islamique) et en présence de deux témoins au minimum. En guise d’exemple, une femme ou un homme peut exiger de la part de son conjoint à ce qu’il/elle ne s’oppose pas à certains choix de sa vie privée ou professionnelle. En bref, on peut tolérer comme clause au contrat de mariage toutes choses rendues licites (halal). En revanche, il est bien entendu exclu d’y inscrire des revendications basées sur des actes interdits (haram). Evidemment s’il y’a contrat de mariage chaque partie doit s’en tenir à ses engagements comme notre maître, le bien-aimé, le demande : « La réconciliation est chose bonne sauf celle qui interdit l’obligation ou ordonne l’interdit, et les musulmans doivent s’en tenir à leurs engagements sauf un engagement qui interdit l’obligation ou ordonne l’interdit ». (Tirmidhi).

En résumé, le contrat de mariage repose sur trois conditions : l’officialisation devant témoins, l’accord mutuel et enfin ne pas rendre licite l’interdit ou interdire l’obligation.

A propos de ce dernier point, nous pouvons l’illustrer avec l’exemple d’une personne qui imposerait son conjoint de se limiter à un nombre précis d’enfant ou exclurait même d’en avoir. Evidemment, ceci n’est pas envisageable.

Cependant, les juristes divergent sur le bien-fondé de certains cas dont voici les exemples :

  • Faire mentionner dans le contrat la monogamie. Selon les imams Ahmad ibn Hanbal, Abu Hanifa et Chafi’i (que Dieu les agrée) la femme est en droit de réclamer le divorce si son époux ne respecte pas son engagement. Par contre, l’Imam Malik (que Dieu l’agrée) considère qu’un contrat dans lequel figure cette condition de renoncement à la polygamie est nul. Notons l’écart total qui existe ici entre la théorie et la pratique, avec des pays comme les pays d’Afrique du nord, qui mettent en application aujourd’hui la première vision alors qu’ils se revendiquent malikites.

  • Le mariage temporaire, appelé également mariage de jouissance. Ce type d’union consiste à limiter dans le temps la durée du mariage, certains se mariant ainsi pour quelques jours, semaines ou années. Cette union temporaire est invalide et non acceptée par l’islam sunnite car elle ne respecte pas les règles et les raisons pour lesquelles Dieu Le Très Haut nous a demandé de nous marier comme la stabilité, la pérennité du couple ou encore fonder une famille : « Allah vous a fait à partir de vous-mêmes des épouses, et de vos épouses Il vous a donné des enfants et des petits-enfants. Et Il vous a attribué de bonnes choses. Croient-ils donc au faux et nient-ils le bienfait d'Allah ? » s.16 v72. Et l’Imam Muslim rapporte que notre maître le Prophète, paix et salut sur lui, a dit : « O vous les hommes ! Je vous ai autorisé le mariage temporaire et Allah a désormais interdit cela jusqu’au jour de la résurrection [...]».

  • Renoncer à ses droits. Plus précisément, il s’agit de stipuler dans un contrat de mariage la possibilité pour l’un des deux futurs mariés de céder ses droits ou devoirs conjugaux par exemple : ne pas vivre en commun ou ne pas s’acquitter de ses devoirs financiers. Certains savants s’y opposent sous prétexte que ce style de vie s’apparente à un mariage d’intérêt ou de jouissance temporaire.

  • Donner à la femme le droit de prononcer le divorce. En islam, seul l’homme a le pouvoir de prononcer le divorce. Attention ceci ne signifie pas que la femme n’a pas le droit de demander le divorce ! Bien au contraire, lorsqu’elle désire divorcer, le conjoint est tenu impérativement de répondre à sa demande. Cette dernière jouissant ainsi, même après divorce, de certains privilèges et allocations prévus par le droit islamique. Ces quelques précisions faites, revenons à notre propos, les quatre imams sont unanimes sur le fait qu’il n’appartient pas à la femme de prononcer la rupture officiellement. Seule l’école Zahiri, par la voix d’Ibn Hazm, permet à l’homme de se défaire de son droit de formuler oralement le divorce et de le transmettre à la femme à condition de l’inscrire dans le contrat de mariage. Très certainement, la vision des quatre écoles reste la plus solide se basant sur le verset de la sourate 33 lorsqu’Allah dit : « O Prophète, dis à tes épouses si vous souhaitez ce bas monde et sa beauté, alors venez à moi je vous indemniserai et vous répudierai d’une belle répudiation ». Ce verset démontre bien que la femme a le droit de solliciter le divorce mais que c’est à l’homme de le prononcer.

Reste à préciser que le contrat de mariage est monnaie courante dans les pays musulmans mais qu’il n’est pas applicable juridiquement tel quel en occident. Cependant il existe un autre contrat de mariage dans le droit français qui s’y apparente ou du moins qui s’en rapproche. Ce contrat en question peut le cas échéant servir les exigences propres à chacun.

Noura Benyahya

il y a 5 mois

article related illustration

Mariage chez les Musulmans

Le mariage mixte chez les Musulmans

Dans cet article, nous traiterons du cas des unions dites mixtes. Nous entendons par là le mariage de personnes issues de milieux différents de par leur origine, leur statut social, culturel ou religieux. Nous nommerons donc par défaut, ce type de mariage: mariage mixte.

Aujourd’hui, la France, en raison de son héritage historique, est un pays multiculturel composé de français d’origines diverses et variées. Une diversité qui trouve écho au sein même de la communauté musulmane, parmi laquelle on compte : des arabes d’orient, du Maghreb, des berbères, des noirs, des perses, des blancs ... Ce phénomène démographique suscite malheureusement parfois un sentiment de haine raciale qui se traduit par des agissements contraire à l’éthique musulmane. Envers et contre tous, c’est dans cette atmosphère délicate que certaines unions naissent. Le climat peut alors s’avérer très houleux face à de vives remontrances, de la part de la famille et de l’entourage, basées sur : la couleur de peau, la situation professionnelle, le fait que la personne soit converti(e) converti, etc. Les complications engendrées par ce type d’union, nous conduisent à s’interroger d’une part sur la position adoptée par l’islam à ce propos, d’autre part sur les enjeux d’un tel mariage. L’islam n’émet aucunes réticences par rapport à la mixité dans le mariage. Bien au contraire, Allah dit explicitement: « Épousez les chastes parmi vous ainsi que les pieux parmi vos esclaves, même s’ils sont pauvres, Allah les enrichira par Sa grâce.» (s.24 v32). L’islam encourage donc cette initiative, conscient même de l’intérêt biologique, qui dans ce cas augmente les chances d’obtenir une meilleure compatibilité génétique. D’ailleurs, les propos de notre prophète l’illustre : « Une proche fera le bonheur de la famille mais l’éloignée est préférable pour la progéniture » (el hakim). Cependant l’Homme se borne à vouloir à tout prix établir des hiérarchies ethniques niant l’égalité des races.

Égalité des peuples

L’islam réfute et combat fermement l’idéologie selon laquelle il existerait une supériorité dans la race humaine. Seul le mérite, et rien d’autre que le mérite, peut élever certains Hommes au-dessus d’autres. Notre maître, le prophète, le rappelait d’ailleurs sagement en ces termes: « Point de différences entre un arabe et un non arabe, entre le blanc et le noir si ce n’est par la piété » (bukhari). C’est sur ce principe que l’on doit orienter et éclairer nos choix : « Choisis le détenteur de la piété, ou tu t’en mordras les doigts » (bukhari).

La diversité

Suite au point que nous venons de traiter concernant l’égalité, certaines questions subsistent, tout de même, à savoir : alors pourquoi tant de discrimination ? D’autant plus que les instigateurs ne sont autres que des soi-disant adeptes du divin. Et pourquoi ces différences ? La réponse est pourtant claire : « Ô vous les Hommes, nous vous avons créés à partir d’un mâle et d’une femelle et nous avons fait de vous des peuples et des tribus (différents) afin que vous vous entre-connaissiez. Certes le plus honoré d’entre vous auprès d’Allah, c’est le plus pieux » (s.49 v.13). A la lumière de ce verset et après réflexion, on comprend que cette diversité est l’essence même de la beauté de la divine création : « Parmi Ses signes, la création des cieux et de la terre et la diversité de vos langues et couleurs. Il y a certes là, des signes pour les savants ». s.30 v.22

La diversité n’a pas pour vocation de diviser les peuples mais de les unir en les rendant plus fort. Le mariage mixte, bien qu’il ne soit pas exempt d’épreuve et de difficultés, présente un grand nombre d’avantages. Au-delà de l’union des êtres, il permet le mélange des origines, et par conséquent une plus grande richesse culturelle. Il offre l’opportunité de découvrir, d’échanger et de partager de nouvelles coutumes et traditions au sein du couple. Les paroles d’Allah prennent alors tous leur sens : « Afin que vous puissiez vous entre-connaître » S49 V13. Avis donc à ceux qui sont soucieux et désireux de mettre en application les versets évoqués ci-dessus, un mariage harmonieux unissant deux races ou cultures différentes est un modèle exemplaire. Il est le symbole de la tolérance, de l’acceptation de l’autre, le plus grand remède au fléau que représentent l’intolérance et le racisme aveugle.

Chères lectrices, chers lecteurs, sans aucun doute le mariage constitue une étape très importante dans la vie de tout individu d’où l’importance, comme le souligne le prophète, de faire le bon choix. Néanmoins, cette démarche est avant tout personnelle et ne doit pas être polluée par les caprices de la famille, qui parfois a du mal à être objective. Même si la race ou l’origine de la personne mérite d’être pris en considération, il est absurde de considérer que c’est le seul paramètre déterminant à la réussite ou non d’une union.

Quelle meilleure parabole pour illustrer tout ceci si ce n’est la parole d’Allah !

« N’as-tu pas vu que du ciel Allah fait descendre de l’eau puis nous en faisons sortir des fruits de couleurs différentes. Et dans les montagnes, il y a des sillons blancs et rouges de couleurs différentes et des roches excessivement noires et parmi les hommes, les animaux et les bestiaux, ils ont pareillement des couleurs différentes. Parmi ses serviteurs, seuls les savants craignent Allah. Allah est certes Puissant et Pardonneur. » s.35 v.27/28

Mohamed Didier Rossini

il y a 5 mois

article related illustration

Mariage chez les Musulmans

Les régles du mariage Musulman

« Et parmi Ses signes, Il a créé de vous, pour vous, des épouses pour que vous viviez en tranquillité avec elles et Il a mis entre vous de l’affection et de la miséricorde. Il y a en cela des preuves pour des gens qui réfléchissent » s.30 v.21

Voilà une description de l’union islamique telle qu’elle est décrite dans un verset coranique. A l’ère du vingt-et-unième siècle, le mariage perd de plus en plus de sa sacralité au point d’être considéré comme inutile. Certains allant jusqu’à y voir un chemin miné d’épreuves et de regrets. Tandis que d’autres, l’idéalisent à outrance, s’imaginant qu’il est le début d’un conte de fée, d’une vie maritale harmonieuse sans aucune difficultés ni incidents. L’islam rétablit l’ordre des choses définissant le mariage comme l’union, devant Dieu d’un homme et d’une femme uni par un accord.

L’union devant Dieu marque l’engagement du couple à vivre en accord avec les valeurs du sacrée et du divin. Des valeurs qui s’appliquent à celle de la morale et du respect. S’unir devant Dieu, c’est aussi la promesse de suivre ses recommandations dans sa relation de couple. Notons qu’il serait paradoxal, au cours de conflits conjugaux, d’oublier celui devant qui nous avons scellé notre accord.En outre, rappelons que l’union par accord commun démontre, contrairement aux préjugés, que l’islam bannit tout mariage forcé.

L’importance du mariage

Pour mieux se rendre compte de l’importance de celui-ci, il nous faut revenir aux sources coraniques : « Je vais établir un représentant sur Terre » s.2 v.34. « C’est Lui qui vous a crées de la terre et vous a sommés de la peupler. » s.11 v.61. Ces deux versets mettent en exergue le rôle de l’Homme, qui consiste pour une part à peupler la Terre. Précisons qu’il est exigé de l’Homme qu’il réponde à ce commandement dans le respect des valeurs de l’équité, la droiture, l’amour, la miséricorde et la bonté. Des valeurs, qui sont représentatives du Seigneur sur terre. Comme il est dit dans un verset du Coran : « Nous avons envoyés nos messagers avec des preuves évidentes, Nous avons fait aussi descendre avec eux le Livre en toute vérité afin que les Hommes puissent s’en tenir à l’équité » s.57 v.25. Sans nul doute, dans l’islam, la seule union, qui permette aux êtres de s’unir et de former une famille puis une communauté capable de venir à bout des exigences de la vie, demeure le mariage. C’est pourquoi, il occupe une place fondamentale dans les pratiques religieuses. D’ailleurs, on dit qu’il représente la moitié de la religion.

Les conditions de validité d’une union

Pour qu’un mariage puisse être valide, cinq conditions doivent être réunies :

  1. A commencer par le consentement des deux concernés. Le mariage forcé est exclu dans l’islam. A ce propos, le Prophète, paix et salut sur Lui, annula le mariage d’une femme médinoise car son père l’avait mariée contre son gré. Notre maître lui dit : « Ton mariage est nul. Epouse qui tu veux. ». Suite à quoi l’intéressée déclara : « Je voulais que les gens sachent qu’il n’appartient point aux parents de forcer leurs filles à se marier avec quiconque » (Al Bukhari)

  2. L’officialisation de la demande et son acceptation.

  3. La dot, qui peut être financière, matérielle ou spirituelle.

  4. La présence de deux témoins au minimum.

  5. Le tuteur, pour une femme qui n’a jamais connu de mariage auparavant (sauf pour les hanafis qui ne prennent pas en compte cette condition). Il représente les intérêts de celle-ci.

Ses objectifs

Lorsque la femme et l’homme s’unissent, deux objectifs se présentent à eux :

D’abord, ils doivent se préserver de la tentation du péché. Le mariage contribue à les y aider. On peut citer comme exemple la recommandation prophétique : « O vous les jeunes, que celui qui en a les moyens se marie sinon adonnez vous au jeûne car c’est mieux à même de vous aider dans la chasteté et de ne pas tomber dans la tentation du regard » (Muslim).

La vie maritale doit aussi permettre à chacun de réaliser ses défauts et de les corriger ensemble. L’homme s’éduque à travers sa femme et réciproquement, la femme à travers son époux. En somme, le mariage nous apprend à nous construire.

La vie maritale doit aussi permettre à chacun de réaliser ses défauts et de les corriger ensemble. L’homme s’éduque à travers sa femme et réciproquement, la femme à travers son époux. En somme, le mariage nous apprend à nous construire.

Comment réussir un mariage musulman ?

Avant de parvenir à une vie harmonieuse, il faut tout d’abord réussir à franchir les difficultés. Les difficultés font partie de la vie de l’Homme, il n’existe dans ce monde aucun répit permanent comme le souligne le Coran : « Nous avons créé l’Homme dans des tourments » s.90 v.4. Cette réalité est d’autant plus vraie lorsqu’on vit en communauté : « Nous avons fait des uns une source d’épreuve pour les autres, saurez-vous être endurants ? » s.25 v.20. Les problèmes peuvent être différents d’un couple à un autre selon les personnes, l’âge, le comportement, la manière de penser ou encore de réagir. Mais ils sont tous issus du même facteur : notre différence. Et justement, c’est cette différence qui fait la force du couple. Allah dit : « Nous avons fait de vous des nations et des tribus, pour que vous vous entre-connaissiez » s.49 s.13, donc la différence n’est pas faite pour diviser.

Ceci étant dit, il est naturel de s’interroger : comment faire face aux difficultés ? Comment faire pour que notre mariage ne tombe pas à l’eau ? Ce sont autant d’interrogations qui peuvent nous tarauder. Voici donc quelques conseils à mettre en pratique :

Premièrement, être intimement convaincu que le mariage est fait pour durer afin d’éviter d’entamer une relation sous de fâcheux auspices. L’état d’esprit joue un rôle primordial, il permet de ne pas baisser les bras face au moindre problème. D’autre part, face aux conflits il ne faut pas laisser les émotions nous dicter les décisions au détriment de la raison et surtout toujours privilégier le dialogue.

Enfin éviter l’intervention de toutes personnes étrangères au couple. Bon nombre de couples envisagent le divorce à cause de la mauvaise influence de parents ou amis. Attention, ceci ne remet pas en cause l’efficacité d’une sage médiation, à condition qu’elle soit faite par une personne d’expérience.

En respectant ces quelques règles de base, on favorise le bon déroulement du mariage.

Droits et devoirs

Dans un couple, les époux se doivent mutuellement :

  1. Amour et fidélité : « Il a mis entre vous l’amour et la miséricorde »

  2. La vérité : l’homme et la femme se doivent la sincérité : « Ceux qui s'enjoignent mutuellement la vérité » s.104 v.3

  3. L’endurance : ils s’entraident ensemble dans la patience, en sachant se sacrifier et en mettant de coté son ego. Ils ne se focalisent pas sur les détails. « Ceux qui s'enjoignent mutuellement l'endurance » s.104 v.3

En ce qui concerne les droits et les devoirs propres à chacun, on ne citera qu’un seul verset dans lequel il est dit : « Elles ont autant de droits que de devoirs » s.2 v.228. Ce verset, à lui seul, met un terme à toutes les pratiques obsolètes confondues, qui relèvent plus de la culture que du culte.

Chères lectrices, chers lecteurs, le mariage est une des étapes les plus importantes dans la vie d’une personne, c’est à cet instant que beaucoup de choses se construisent et se concrétisent, aussi bien matériellement que spirituellement. Apprenons donc à faire de ce dernier une école de la réussite. Comme le dit notre Bien-aimé, le Prophète, paix et salut sur lui : « le meilleur d’entre vous est le meilleur dans son foyer et je suis meilleur que vous au sein de mon foyer » (Muslim).

Sheikh James Parviez Khan

il y a 5 mois

article related illustration

Mariage chez les Musulmans

Se marier avec une femme sans foulard

Parmi les conditions qu’imposent notre foi en vue de s’unir avec son futur époux ou épouse, le port du voile n’en fait pas parti.

Mais ceci relève plutôt d’une pratique pudique aussi importante que dans ses actes et paroles. Face à la bonne moralité le foulard ne fait pas le poids. Cette réponse ne remet en aucun cas en cause le fait que le port du voile soit pour la femme musulmane une prescription divine.

Mohamed Dahab

il y a 3 mois

article related illustration

Mariage chez les Musulmans

Que veut dire le mariage est la moitié de la foi ?

Cette expression nous vient de la parole de notre bien-aimé le prophète, paix et salut sur lui, qui dit dans un hadith : « Lorsque le serviteur se marie, alors il a complété la moitié de la foi; qu'il craigne donc Allah dans la moitié restante » (Bayhaqi). Pour le comprendre, il faut retourner vers le Noble Coran, qui dans plusieurs versets, a démontré que le but de l’homme sur Terre repose sur deux choses : peupler la Terre et adorer son Créateur. Et lorsque le musulman s’adonne à l’adoration de son seigneur, il accomplit en effet une partie des exigences de sa foi : « O vous les hommes, adorez votre seigneur, celui qui vous a crée ainsi que ceux d’avant vous afin de vous prémunir. » s.2 v21. Et pour concrétiser l’autre partie, c'est-à-dire peupler la Terre et garantir la pérennité de l’espèce : « C’est Lui qui vous a crée de terre et vous a sommé de la peupler. » s.11 v61, le mariage reste le seul modèle matrimonial admis par l’islam d’où son importance.

Mohamed Dahab

il y a 3 mois

article related illustration

Mariage chez les Musulmans

Mariage blanc

Le mariage dans l’islam est conçu pour durer. De ce fait, c’est un engagement pour toujours, c’est la raison pour laquelle le mariage temporaire a été banni par l’islam sunnite, car il n’est pas fait pour durer. Donc, tout mariage islamique qui s’est fait dans le but de tricher ou de tromper est nul. A ce sujet, faut-il rappeler qu’en France la législation est claire.

Fatima Sidibe

il y a 4 mois

article related illustration

Mariage chez les Musulmans

Se marier avec une personne qui ne prie pas

La prière ne fait pas partie des conditions de validité du mariage. Tous les oulémas s’accordent à dire que la pratique ou non des rituels n’a aucune incidence sur le mariage. Même le pécheur a droit de fonder une famille. A ce titre, notre maître le Prophète, paix et salut sur lui, dit : « Tous les fils d’Adam sont des pécheurs et les meilleurs des pécheurs sont les repentants » (Tirmidhi). La preuve de la validité du mariage est le fait même qu’un musulman peut épouser une non musulmane.

Mickael Sall

il y a 3 mois

article related illustration

Mariage chez les Musulmans

Me marier sans en parler a mes parents

Dans l’école juridique de l’imam Abou Hanifa, que Dieu lui fasse miséricorde, on considère que toutes personnes, hommes ou femmes, âgées d’au moins 17 ans sont majeures, responsables d’elles-mêmes et donc libre de leurs agissements. Elles peuvent alors se marier sans l’autorisation de leurs parents, les aviser avant relevant plus du bon sens que de l’obligation théologique. C’est cette vision juridique qui est appliquée dans la majeure partie des pays musulmans tel la Syrie, l’Egypte ou encore le Maghreb. Quant aux autres écoles, elles ne rejoignent les hanafis que dans le cas où l’intéressé serait un homme, mais donne quand même à la femme le droit de saisir le qadi (juge islamique) si elle se considère lésée. Cette réponse concerne le droit islamique, quant au droit français la majorité s’exerce à 18 ans.

Lucie Dupuis

il y a 3 mois

article related illustration

Mariage chez les Musulmans

Le mariage, entre le culte et la culture

Le mariage, selon l’islam, est validé par cinq conditions à savoir : le consentement des deux parties, la dot, les témoins, la demande et l’acceptation et le tuteur (sauf dans l’école hanafiya) du moment où ces conditions sont respectées le mariage est religieux. Les festivités et ce qui les accompagnent sont laissées à l’appréciation de chacun selon sa culture, ses coutumes et ses traditions, ou encore son choix personnel pourvu de ne pas entraver les règles établies par la pudeur et la foi.

Lucie Dupuis

il y a 3 mois

article related illustration

Mariage chez les Musulmans

Se marier avec un(e) converti(e) ?

Les repentis ou convertis ont un grand mérite aux yeux de la religion car la race humaine n’est rien d’autre que « la race des pécheurs ». En ce sens, notre maître le prophète, paix et salut sur lui, dit : « Tous les fils d’Adam sont des pécheurs et les meilleurs des pécheurs sont les repentis » (Tirmidhi). Par conséquent à partir du moment où un individu se convertit ou se tourne vers son seigneur alors, il devient un frère à part entière avec les mêmes droits et les mêmes devoirs. « S’ils se repentent, accomplissent la prière et s’acquittent de la zakat, alors ils sont certes vos frères dans la foi » s.9 v11. De plus, il est à préciser que les meilleurs des hommes après les prophètes sont tous (les compagnons) des convertis à l’islam. Donc il n’y a pas de discrimination à faire vis-à-vis des nouveaux musulmans pour ce qui est du mariage. Dans le cas où, l’on pourrait être amené à douter des raisons qui ont poussé certains à la conversion comme il est parfois le cas alors, rien n’empêche de chercher à en avoir le cœur net comme l’a souligné Dieu, dans le Saint Coran : « Ô vous qui croyez ! Quand des croyantes se présentent en réfugiées auprès de vous, mettez leur foi à l'épreuve, bien que Dieu soit le mieux Informé de la sincérité de leur foi. Si vous êtes convaincus qu'elles sont de vraies croyantes, ne les renvoyez pas aux infidèles, car, désormais, elles ne sont plus licites pour eux ni eux licites pour elles… » S60 V10.

Fatima Sidibe

il y a 4 mois

iphones
Rejoignez inshallah maintenant ❤️
Ne perdez pas une seconde, rejoignez inshallah et trouvez l’amour !
store badgestore badge
article related illustration

Mariage chez les Musulmans

Cérémonie religieuse

La cérémonie religieuse a deux facettes : une partie administrative et une autre qui concerne les festivités. Pour le côté administratif du mariage religieux, c’est tout simplement un moment durant lequel aux yeux de témoins on doit montrer la dot, l’engagement des deux personnes qui souhaitent se marier, en officialisant la demande et l’acceptation comme cela se passe un peu près à la mairie. Par la suite, la personne chargée de les unir fait un discours dans lequel, il rappelle les fondements du mariage et aussi les règles qui lient les époux. Quant aux festivités, elles sont laissées à l’appréciation des intéressés pourvu qu’elles ne sortent pas du cadre islamique.

Fatima Sidibe

il y a 4 mois

article related illustration

Mariage chez les Musulmans

Qui peut célébrer le mariage religieux ?

Différemment de ce que pensent beaucoup de personnes, tout musulman majeur si on le sollicite est habilité à célébrer une union islamique, à condition d’en connaître le déroulement et les règles. Cependant confier cette tâche à un homme de sagesse, de science et d’expérience, c’est-à-dire un imam, est beaucoup plus souhaitable et même parfois requis dans les pays où le code civil est islamique. C’est entre autre le cas de l’Egypte où l’imam fait fonction d’agent d’état civil.

Fatima Sidibe

il y a 4 mois

article related illustration

Mariage chez les Musulmans

Mariage avec un(e) chiite

Rien n’interdit le mariage entre chiites et sunnites. Il faut savoir que ce qui nous unit est beaucoup plus important que nos points de divergence et là où l’islam n’interdit pas aux hommes d’épouser des non musulmanes, chrétiennes ou juives, il serait illogique d’interdire le mariage avec des musulmanes chiites ou sunnites. Par contre, on ne peut pas en vouloir aux hommes de chercher l’âme sœur qui ressemble à leurs aspirations, à leurs modes de vie et à leurs idéaux. Sous ce registre là, tout est compréhensible.

Fatima Sidibe

il y a 4 mois

article related illustration

Mariage chez les Musulmans

Parents non musulmans lors de la cérémonie

Lors de la cérémonie du mariage islamique, tous les parents, les amis, collègues, tous ceux dont nous avons jugé leur présence importante pour nous, peuvent assister et ceci en dépit de leur religion et de leur appartenance idéologique. C’est un choix qui est laissé entre les mains des concernés.

Hedi Majdoub

il y a 4 mois

article related illustration

Mariage chez les Musulmans

Tuteur et non pratiquant !

Hormis l’école hanafiya, les trois autres écoles sunnites considèrent le tuteur comme condition de validité du mariage d’une femme qui, auparavant n’a jamais connu le mariage. Cependant, les oulémas sont unanimes sur la validité d’un tuteur non pratiquant du moment qu’il est musulman car le péché ne fait pas perdre à l’Homme ses droits civiques et civils.

Hedi Majdoub

il y a 4 mois

article related illustration

Mariage chez les Musulmans

Etudiant vivant chez mes parents, puis-je me marier ?

Allah L’exalté dit dans le Coran : « Et que ceux qui n’ont pas de quoi se marier gardent leurs chastetés jusqu’à ce qu’Allah les enrichisse par sa grâce » s.24 v33, et notre maître le prophète, paix et salut sur lui dit : « Ô jeunes gens ! Celui d’entre vous qui se sent capable d’entretenir un foyer, qu’il se marie donc, car le mariage est plus à même de retenir les regards et de préserver la chasteté. » (Boukhari). De ces sources, il apparait clairement qu’il est plus souhaitable pour celui qui n’est pas encore autonome financièrement de patienter jusqu’à ce que sa situation change. Toutefois, si on ne préfère pas patienter considérant que la précarité n’empêche pas de vivre son amour et que certains proches pourront nous donner un coup de pouce en attendant alors, il n’y a pas de mal à se marier. Allah Le Très Haut dit dans la sourate Nour : « Mariez les célibataires d’entre vous et les pieux parmi vos servants ; hommes et femmes, s’ils sont pauvres, Allah les rendra riches par Sa grâce. » s.24 v32.

Hedi Majdoub

il y a 4 mois

article related illustration

Mariage chez les Musulmans

Se marier au cours d’une grossesse ?

La nullité d’une union islamique célébrée alors que la concernée est enceinte est consensuelle selon les douze écoles juridiques musulmanes toutes tendances confondues et ceci, jusqu’après l’accouchement et pour certains jusqu’à arrêt total des lochies.

Hedi Majdoub

il y a 4 mois

article related illustration

Mariage chez les Musulmans

Récitation de la Fatiha lors du mariage

La lecture de la sourate Al Fatiha n’a rien à voir ni de près ni de loin avec la validité du mariage. D’ailleurs pour le mariage, elle ne relève point de la recommandation pour ne pas parler de prescription. Toutefois, la réciter dans l’optique de s’adonner à la lecture coranique ou pour invoquer Allah n’a rien d’une innovation. Notre maître le prophète, paix et salut sur lui, dit : « Celui qui récite une lettre du Livre de Dieu aura une bonne action qui sera décuplée. Je ne dis pas que "Alef, Lam, Mim" sont une lettre mais "Alef" (A) est une lettre, "Lam" (L) est une lettre et "Mim" (M) en est une autre.» (Tirmidhi). Il est aussi rapporté que Seyidna Abou S’aid al Yu’la, que Dieu l’agrée, l’a lue pour guérir un chef de tribu et le Prophète ne lui a pas interdit. (Bukhari)

Hedi Majdoub

il y a 4 mois

article related illustration

Mariage chez les Musulmans

La circoncision : obligatoire avant le mariage ?

L’imam Muslim rapporte dans son recueil authentique selon notre mère, seydatouna Aïcha, qu’Allah Le Très Haut l’agrée, que notre maître le Prophète, paix et salut sur lui, a dit: « Dix choses font parti des pratiques qui relèvent de l’ordre du naturel : tailler sa moustache, laisser pousser sa barbe, Se brosser les dents, Se laver les narines, se couper les ongles, se laver les nodosités des doigts, s’épiler les poils des aisselles et du pubis et se laver les émonctoires ». Mos’ab Ibn Chayba, le narrateur de ce hadith dit : « J’ai oublié le dixième, à moins qu’il ne s’agisse du rinçage de la bouche. » Muslim

Ce hadith justifie le consensus des oulémas des quatre écoles juridiques quant au caractère préférable de la circoncision même si, cette recommandation ne se rapproche ni de près ni de loin de l’obligation. Quant au converti, qui vient d’embrasser la foi musulmane, rien ne l’oblige donc à se faire circoncire. Et ceci, en aucun cas, ne pourrait empêcher le mariage comme le pensent certains. Il faut souligner que nombre de compagnons non qurayshis ne se sont pas adonnés à cette pratique après leur conversion (la circoncision est une tradition chez les tribus sémites).

Toutefois cette réponse ne saurait remettre en cause le caractère fort souhaitable de la circoncision.

Hedi Majdoub

il y a 4 mois

article related illustration

Mariage chez les Musulmans

Limites des fiançailles

Se fiancer ne signifie en rien se marier. Ainsi, il faudra pour l’homme et la femme respecter les limites établies par Allah L’exalté, qu’il ne faut en aucun cas transgresser. Ils devront faire preuve de pudeur et de retenue jusqu’à ce que le mariage les unissent même si, les fiançailles offrent un caractère de rapprochement plus notable que lorsque l’on n’est pas fiancé.

Mohamed Dahab

il y a 3 mois

article related illustration

Mariage chez les Musulmans

Le mariage entre musulman et non musulman

Les quatre écoles juridiques sunnites s’accordent sur ceci :

  • Il est permis au musulman d’épouser une femme de même confession ou bien encore une femme de confession juive ou chrétienne comme le confirme le verset 5 de la sourate 5.

  • En revanche, l’islam ne permet pas à la musulmane contrairement à l’homme de s’unir avec un non musulman.

Mickael Sall

il y a 3 mois

article related illustration

Mariage chez les Musulmans

Le mariage civil ou religieux ?

Bien que la validité canonique de l’union islamique ne dépend pas de la reconnaissance civile car l’un se référant à l’humain et l’autre au Divin, cependant, le musulman français doit savoir que célébrer son union devant un imam doit intervenir après le civil car l’article 433-21 du code pénal français est clair : « Tout ministre d'un culte qui procédera, de manière habituelle, aux cérémonies religieuses de mariage sans que ne lui ait été justifié l'acte de mariage préalablement reçu par les officiers de l'état civil sera puni de six mois d'emprisonnement et de 7500 euros d'amende ».

Mickael Sall

il y a 3 mois

article related illustration

Mariage chez les Musulmans

Mariage ou divorce forcé

Allah L’éternel a crée l’homme et lui a conféré des droits fondamentaux et inaliénables parmi lesquels : la liberté de croire ou non. L’exercice de la liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne comporte pas de nuisance vis-à-vis de l’autre et qui assurent aux autres la jouissance de ces mêmes droits. Que cela soit dans la liberté de culte : « nulle contrainte dans la religion » s.2 v256 ou autre. En ce qui concerne la décision de s’unir ou de se désunir l’islam est clair : le divorce de celui qui en a été contraint est nul . Bukhari rapporte que notre maître le Prophète, paix et salut sur lui, annula le mariage d’une femme médinoise s’appelant Al-Khansâ’ Bint Khidhâm car son père l’avait mariée contre son gré et à notre maître de lui dire: « Ton mariage est nul. Épouse qui tu veux. » et par la suite l’intéressée déclara : « J’ai voulu que les gens sachent qu’il n’appartient point aux parents de forcer leurs filles à se marier avec quiconque ». Il faut rappeler qu’il n’est pas licite de jouer avec les sentiments des autres même si ce sont les parents qui le font car même si ils ont une place sacrée dans la vie de leurs enfants l’islam ne permet pas d’unir ou de défaire une union sous la contrainte. Si telle est la volonté des parents, alors leur désobéir est une obéissance à Dieu : « Et si tous deux te forcent à M’associer ce dont tu n’as aucune connaissance, alors ne leur obéis pas ; mais accompagne-les ici-bas de façon convenable. Et suis le sentier de celui qui se tourne vers Moi. » S.31 V15 et la règle prophétique est ainsi claire : « Point d’obéissance pour une créature à tel point de désobéir au Créateur » (Tirmidhi).

Mickael Sall

il y a 3 mois

article related illustration

Mariage chez les Musulmans

Mariage temporaire

Le mariage temporaire consiste à s’unir pour une durée déterminée courte ou longue. Cette union n’a pour ambition ni de fonder une famille ni de vivre ensemble dans l’amour et l’affection. Elle consiste plutôt à assouvir les plaisirs charnels de chacun. Cette union temporaire est invalide et non acceptée par l’islam sunnite car elle ne respecte pas les règles et les raisons pour lesquelles Dieu Le Très Haut nous a demandé de nous marier comme la stabilité, la continuité du couple ou encore la fondation d’une famille : « Allah vous a fait à partir de vous-mêmes des épouses, et de vos épouses Il vous a donné des enfants et des petits-enfants. Et Il vous a attribué de bonnes choses. Croient-ils donc au faux et nient-ils le bienfait d'Allah? » s.16 v72. Et l’Imam Muslim rapporte de notre maître le prophète, paix et salut sur lui : « O vous les hommes ! Je vous ai autorisé le mariage temporaire et Allah a désormais interdit cela jusqu’au Jour de la Résurrection..»

Lucie Dupuis

il y a 3 mois

article related illustration

Mariage chez les Musulmans

Mariage en période de menstrues

La période de menstrues n’empêche en aucun cas la célébration du mariage islamique et la validité de celui-ci même s’il faudra attendre l’arrêt des saignements pour pouvoir consommer le mariage. Afin de ne pas tenter les nouveaux mariés, les oulémas recommandent l’arrêt des menstrues pour célébrer l’union mais ceci n’est qu’une simple recommandation.

Lucie Dupuis

il y a 3 mois

multiple emojis
Inscrivez-vous à notre newsletter 💌
Ne loupez plus un seul de nos articles, inscrivez-vous à notre newsletter !